#Samedi : les objets du jour

14 08 2010

Voir passer la vie de Darc en trois objets du jour… mission accomplie !

Le stylo

Tout le monde connaît maintenant « les darc’ettes » depuis la vidéo postée sur le blog Darc’NR. Tiphanie et Marina profitent des objets du jour pour exprimer une doléance : qu’on arrête de leur embarquer leurs stylos estampillés Darc !  Les fameux crayons du conseil général de l’Indre font fureur. « Particulièrement le rose et l’orange », confie Tiphanie. Ceux-là s’arrachent comme des petits pains, ce qui n’arrange pas les affaires des hôtesses d’accueil. Le stylo bleu, en revanche, à moins la cote. Il peut rester tranquille des heures sur le comptoir d’accueil sans que quelqu’un ne le subtilise… Voilà une remontée intéressante pour le service communication du conseil général.

Le bouquin

Un dictionnaire Français-Latin sur Darc, est-ce possible ? Un jeune Strasbourgeois vient de nous démontrer que oui. On avait bien vu quelques bouquins faire leur bout de chemin sur le stage avec des danseurs plongés dans leurs lectures entre deux cours… mais un livre de référence aussi pointu, jamais. Gilles, 18 ans, étudiant à Strasbourg, ne badine pas avec ses temps libres. Pendant que Morgane, sa chérie, poursuit son stage, lui planche deux à trois heures par jours sur une version de Cicéron.  «Il ne fait pas trop chaud dehors, alors soit je touve une table du côté de la cafétéria, soit je m’installe dans un café en ville », confie le jeune homme qui entre en prépa littéraire à Strasbourg pour tenter ensuite le concours de l’école nationale des Chartes (Paris-Sorbonne). Sacré Darc ! Après les danses latines… les cours de Latin.

Le sac

Pas mal du tout, le sac du conseil régional offert aux stagiaires. Ilya, 24 ans, ne le quitte pas en tout cas. Ce jeune Russe venu pour la première fois sur Darc avec une quinzaine de compatriotes a gagné sa place sur le stage grâce à un concours de chanson française. «Ça s’appelle le Festichant. J’ai naturellement pris le chant, mais j’en profite pour découvrir la danse, avec les cours de modern’jazz et de classique. C’est une bonne découverte. Je vais continuer en Russie». Bon, et que trouve-t-on dans son joli sac noir ? « Une bouteille d’eau, des vêtements, le téléphone portable, un programme du stage… et une partition de « Mambo Miam Miam », signée Benoît Urbain», répond Ilya. Avec un prénom comme le sien on aurait pu penser qu’il aurait plutôt une partition de François Deguelt. Oui, Rappelez vous. Ilya…

Désolé, elle était facile. Je sors… En tout cas, très sympa ce jeune Ilya.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :